La race Parthenaise est issue de l’ancienne population bovine de l’ouest de la France que l’on distinguait à sa robe de teinte gris brun, à ses extrémités noires et à ses longues cornes. Son berceau d’origine est localisé autour de la ville de Parthenay, dans la Gâtine deux sévrienne.

Vers 1880, l’arrivée du phylloxera, en détruisant des vignobles, incita de nombreux petits agriculteurs des Charentes et des Deux-Sèvres à s’orienter vers l’élevage. L’effectif Parthenais augmenta fortement pour atteindre 1,1 million de têtes en 1892. La race, avec 10 % du cheptel national, est alors la troisième du pays. C’est en 1893 que le Herd-book Parthenais est créé.

Fabrication de beurreLes bœufs Parthenais, réputés pour leur robustesse, étaient utilisés pour le travail et les vaches, bonnes laitières, produisaient un lait très riche en matière grasse (46 à 50 g/l). La fabrication de beurre à partir de Parthenaise a été à l’origine de la création des premières coopératives laitières de la région ; la race Parthenaise ayant fait par ailleurs la réputation du beurre AOC Poitou-Charentes.

Dans l’entre deux guerres, la Parthenaise voit son aire d’extension se réduire sur ses marges. L’utilisation de races laitières plus spécialisées et plus productives, le croisement industriel avec des taureaux de race à viande et l’arrêt progressif de la traction animale entraînent une chute considérable des effectifs. Ce phénomène s’amplifie jusque dans les années 70. En 1963, on ne compte plus que 163 000 têtes.

 

Entre 1970 et 1980, les éleveurs redéfinissent les objectifs de sélection de la race ; un programme de sélection sur les aptitudes bouchères est alors mis en place. L’ancienne beurrière devient une allaitante.

Vache Baleine Vache Victoire Race beurrière Génisse, année 50
 

 

Génisse Foire de Paris
Salon de l'Agriculture de Paris

concours Paris 1934
Concours au Salon de l'Agriculture

de Paris - 1934